Archipel des Glénan

Archipel des glénan

La mémoire et la mer :

L’archipel de Glénan, aujourd’hui haut lieu du tourisme nautique en Bretagne et prisé des excursionnistes pour sa richesse naturelle, a vu son histoire marquée par une période d’abandon presque complet. C’est avec l’installation, à la fin des années 1940, du centre nautique sur le site, puis du centre international de plongée, que l’archipel a pris peu à peu son essor ; il est devenu pour de très nombreux visiteurs un espace privilégié de découverte et de loisirs. Un espace à protéger.

Le savez-vous… ???

Au début du 18ème siècle, les îles Glénan étaient le repaire de corsaires et de pirates. Connues pour la pêche à la langouste et au homard, les eaux de l’Archipel attiraient à la fin du 19ème siècle les « travailleurs de la mer » de tout le Finistère.

Aujourd’hui près de 1000 bateaux de plaisance sont présents dans l’archipel certains jours de l’été. La clarté de l’eau s’explique par la présence de bancs de maërl, algue marine calcaire qui en se décomposant contribue à la blancheur du sable.

Le site, comprenant l’Ile-aux-moutons, est classé depuis 1973. Certaines populations d’oiseaux marins, très sensibles au dérangement, délaissent peu à peu l’archipel. Aux Glénan, l’un des plus beaux herbiers de zostères du littoral, les « prairies marines », se trouve mis en danger par les ancres des bateaux.

Quels oiseaux vous observent ?

Aux Glénan, le Grand cormoran et le Cormoran huppé vivent sur les îlots rocheux et les falaises. Ce sont des oiseaux pêcheurs et plongeurs de couleur sombre.

Les goélands (Goéland marin, Goéland brun, Goéland argenté, Jeune goéland) représentent les plus importantes colonies d’oiseaux dans l’archipel. Les mues successives, très lentes, du plumage juvénile au plumage adulte rendent difficile la distinction entre les différentes espèces.

L’huîtrier-pie et le Gravelot à collier interrompu sont des petits échassiers. Ils se nourrissent sur l’estran et vivent isolés sur les hauts de plage. Une serviette posée sur le sable à côté d’un nid, presque invisible, peut déranger ces oiseaux.

De la famille des Laridés comme les goélands et les mouettes, les sternes sont des visiteurs de printemps et d’été. Des trois espèces anciennement présentes aux Glénan, la Sterne de Dougall a presque disparu, et les Sternes Caugek et Pierregarin ne niche plus que sur l’Ile-aux-moutons, où elles sont protégées par un statut de réserve. Pitié pour les couvées. Ne laissez pas les chiens en liberté sur les îles.

Mouillages en herbes :

La transparence de l’eau aux Glénan permet d’observer sur les fonds sableux de véritables prairies sous-marines : ce sont les herbiers de zostères. Ils sont un refuge et une zone de ponte pour les poissons et les crustacés, une source de nourriture pour les oiseaux migrateurs et hivernants. Les herbiers des Glénan sont actuellement en régression. Les ancres des bateaux arrachent des pieds entiers de zostères avec leurs rhizomes et racines, et les chaînes détruisent les feuilles sur toute la surface d’évitage des embarcations.

L’herbier ainsi dégradé mettra plusieurs années à se reconstituer. Il existe des mouillages organisés à la Pie et à la Chambre. Si vous jetez l’ancre, évitez les herbiers ! Quand le soleil à rendez-vous avec la lune… Les grandes marées sont le résultat de l’alignement du soleil et de la lune avec la terre. A marée montante, le paysage se simplifie peu à peu pour ne laisser apparaître enfin que les principales îles et îlots de l’archipel. Puis, en se retirant, la mer découvre de vastes étendues de sable, de roche, et laisse derrière elle des mares où se sont réfugiés poissons et crustacés attendant le retour de la marée. A cette occasion de nombreux pêcheurs parcourent l’estran à la recherche de ses trésors. Sans toujours savoir que certains de leurs comportements perturbent durablement les écosystèmes.

La chasse sous-marine est interdite dans la plus grande partie de l’archipel. Bar, taille mini = 36 cm Mulets, taille mini = 20 cm Araignées, taille mini = 12 cm ; 6 unités maxi. En matière de pêche à pied comme de chasse sous-marine, la réglementation instaure des tailles de prises minimales et des zones d’exclusion. Remettre en place chacun des blocs retournés permet aussi aux écosystèmes de se reconstituer.

Pêchez avec modération… Pensez à remettre en place les blocs retournés.

Découvrez l’Archipel des Glénan sur le diaporama.