Accueil > Actualités > Actualités > MIKAEL CORNEC : L’AMBASSADEUR DE LA MUSIQUE BRETONNE

MIKAEL CORNEC : L’AMBASSADEUR DE LA MUSIQUE BRETONNE

Article publié le 3 septembre 2015.

mikaelcornec

Originaire de Saint-Evarzec, Mikael Cornec est à 26 ans le maître incontesté de la musique bretonne dans le Pays Fouesnantais : Penn-soner du Bagad Bro Foën, il a eu l’honneur de participer à la tête de son groupe à la Grande parade des nations celtes dans le cadre du Festival interceltique de Lorient. Animateur pour enfants à Pleuven, Mikael n’a de cesse de promouvoir la culture bretonne dans laquelle il baigne depuis vingt ans.

Comment à 26 ans peut-on avoir une telle expérience de la danse et de la musique bretonnes ?

Je suis né dans un milieu à forte tradition bretonne. Tout petit, mes grands-parents et mes parents m’ont fait découvrir les Fêtes de Cornouaille et les festou-noz. A 6 ans, on m’a inscrit au Cercle des Pintiged Foën où j’ai dansé durant six ans. Quand le groupe des Kanfarded s’est installé à Saint-Evarzec, je l’ai rejoint. J’y ai rencontré Steven Ropars, chorégraphe du cercle. Une rencontre déterminante parce que c’est lui qui m’a fait connaître son père Erwan, figure incontournable de la musique bretonne. C’est avec « le Grand Bleu » que pendant trois ans, j’ai appris au sein du bagad Kerne qu’il venait de former à jouer de la cornemuse. Je ne pouvais trouver meilleur maître.

Quand avez-vous rejoint le bagad « Bro Foën » ?

En septembre 2005. Il allait fêter ses 10 ans (créé en 1996) il évoluait en troisième catégorie. Je connaissais le penn-soner Tangi Le Mouel qui avait aussi fait partie des Kanfarded de Saint-Evarzec. Parallèlement, j’ai continué à enrichir ma culture musicale en participant à des concours de sonneurs en couple des moins de 20 ans. Avec Pierre-Marie Kervarec, nous avons terminé troisième du championnat de Bretagne à Gourin. Avec Tangi et le soutien du bar Le Ceili nous avons également créé, sur le mode britannique, un pipe-band (composé uniquement de cornemuses) : le « Raisin’s pipe band ». En 2009, nous avons lancé un groupe de festou-noz, « Les Pilhaouer’s » qui a permis d’intégrer d’autres instruments comme l’accordéon.

Justement, que s’est-il passé au Bagad « Bro Foën » en 2009 ?

Plusieurs cadres du groupe ont eu envie de passer à autre chose, d’aller voir plus haut. Nous avons perdu près de la moitié de l’effectif. Avec Laurent Francheteau, nous avons décidé de repartir de la base en cinquième catégorie, de nous concentrer sur la formation des jeunes. Laurent, en tant que président, a pris en charge la partie administrative et je suis devenu penn-soner, responsable de la partie musicale. En 2012, nous avons accédé à la quatrième catégorie à Carhaix.

Que représente aujourd’hui le bagad Bro-Foën ?

Nous sommes le bagad du Pays Fouesnantais, pas seulement de Fouesnant. C’est une association qui regroupe 50 personnes dont 25 sonneurs issus des sept communes du Pays Fouesnantais. En 2011, j’ai d’ailleurs présenté avec l’ensemble des acteurs de la culture bretonne du canton, un spectacle à l’Archipel «Eskemm » (Echange en breton) pour les 15 ans du bagad. Notre principal ressort est de prendre du plaisir à jouer ensemble et pas seulement à nous mesurer aux autres dans les concours.

Et pourtant il y a eu la bonne surprise de Lorient, cet été ?

Nous participons à deux concours dans l’année. Au printemps à Pontivy, nous sommes classés dans le groupe B de la quatrième catégorie. A Lorient, nous avons terminé en tête de ce groupe. Nous ne l’avons appris que le samedi soir. Il a fallu remobiliser le groupe pour la grande parade du lendemain matin. Nous avons attendu près de trois heures avant de défiler. Mais ensuite, le souvenir demeure impérissable : le trac, la télévision, les milliers de spectateurs sur trois kilomètres, la chaleur, la fierté et enfin, les poils qui se dressent sur les bras quand on entre dans le parc du Moustoir sous l’ovation de plus de 15 000 personnes.

Quel avenir pour le bagad « Bro Foën » ?

D’abord, nous allons fêter nos 20 ans en 2016. Un grand fest-noz est prévu à la Forêt-Fouesnant en mai. Nous essayons également de monter un projet musical qui n’est pas encore totalement défini. Et puis nous allons participer l’an prochain aux deux concours avec l’objectif de faire partie du groupe A de la quatrième catégorie. Et, pourquoi pas ? D’accéder à la troisième catégorie à Lorient. Ce serait la cerise sur le gâteau mais ce sera difficile.

telechargement-orangeTélécharger la rencontre fouesnantaise avec Mikael Cornec au format pdf

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Email this to someone