L’heure de vérité

Article publié le 1 mars 2015.

Contrairement à ce que d’aucuns pensent, je ne crois pas que l’heure de vérité de l’homme (ou de la femme) politique sonne lorsque vient le moment de solliciter les suffrages de ses concitoyens, même si la démarche ne manque pas de panache car l’on se met tout de même en danger. Mais, bon. On est dans la posture. On a revêtu l’habit du candidat. On arrive avec ses certitudes, ses propositions, ses exclusions. On est dans la stratégie de la séduction. On tente d’assumer les ambiguïtés de la représentation. Peut alors débuter le grand jeu de la démocratie, « le pire des régimes à l’exception de tous les autres » comme disait Churchill. J’ai eu, quant à moi, l’impression que cette heure de vérité a tinté, jeudi soir, à Fouesnant, quand le maire, Roger Le Goff, a clos le dernier conseil municipal de la mandature et qu’il a invité les élus, toutes opinions confondues, à se retrouver, sinon pour le verre de l’amitié, du moins pour l’instant du partage. C’est alors que sous la tenue de l’élu, on a retrouvé la nudité du sortant avec ses doutes, ses désillusions, ses interrogations. C’est alors, que, toutes idéologies congédiées, on s’est entretenu de la difficulté de mobiliser de nouvelles énergies pour favoriser « ce mieux-vivre ensemble ». La faute à la parité ? Peut-être. On peut trouver incongrue cette façon de l’imposer dans l’univers politique alors qu’elle ne semble plus aller de soi dans la sphère privée. Mais, sans doute, faudra-t-il, aussi, bientôt que l’on évoque le sens de l’engagement (et pas seulement politique) dans une société où la recherche du bien-être pour tous est largement marginalisée par la revendication des satisfactions individuelles et immédiates. A Fouesnant, deux listes ont refusé de communiquer sur l’âge de leurs candidats. Un aveu d’échec pour certaines conceptions politiques ? Je dirais plutôt une marque de désarroi qui devrait toucher tout le monde. Elle est où la relève ?

L’heure de vérité ? Elle a sonné aussi à la fin de cette ultime séance du mandat quand Catherine Le Floch qui a débuté sa carrière politique en 1983 avec un certain… Roger Le Goff a tenu à indiquer qu’elle ne repartirait pas à nouveau à la tête d’une liste pour les prochaines échéances. Son parcours n’a pas toujours été un long fleuve tranquille mais elle est restée constamment fidèle à ses valeurs. Elle l’a dit sans animosité. Il en est des élus comme des artistes. Ils ne doivent pas rater leur départ. Catherine Le Floch a réussi le sien. L’heure de vérité ? Oui a répondu, sans ambage, Roger Le Goff, à une question d’André Bernard. Il est de droite, il est à l’UMP. Mais il ne demande de carte à personne avant de constituer sa liste. Heureusement ! Qu’on s’occupe déjà de convaincre les électeurs d’aller voter. L’heure de vérité ? La socialiste Nathalie Conan a insisté en début de séance pour qu’on la laisse dire qu’elle ne serait plus conseillère municipale à Fouesnant mais que d’autres socialistes la remplaceraient avantageusement. J’avoue que je n’ai pas bien saisi pourquoi elle se mettait en position d’inéligibilité et que je n’ai pas toujours compris pourquoi la conseillère générale n’avait jamais été candidate à la Mairie. « A chacun sa vérité » disait Pirandello.

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Email this to someone