Projet d’Aménagement et de Développement Durable

Le PADD (Projet d’Aménagement et de Développement Durable) est un document qui traduit la volonté politique des élus, fixant les objectifs et les projets de la collectivité locale en matière de développement économique et social, d’environnement et d’urbanisme à l’horizon 2024. Il se compose de 11 axes.

Télécharger le PADD débattu au conseil municipal du 21 octobre 2014 (format pdf – 618Ko)

orientationspadd

Le projet doit répondre aux besoins du présent sans compromettre la capacité des générations futures de répondre aux leurs. Le PADD doit concilier 3 aspects fondamentaux :

DD

AXE  1

RÉGULER LA CROISSANCE DÉMOGRAPHIQUE EN MODÉRANT LA CONSOMMATION D’ESPACES ET EN LUTTANT CONTRE L’ÉTALEMENT URBAIN

La population (9155 habitants en 2013) a été multipliée par 2,3 en 45 ans, gagnant ainsi 5193 habitants, soit une progression de 131 %!

Par ailleurs, Fouesnant est dotée d’un très bon niveau d’équipements et de services, essentiellement regroupés au centre-ville.

Le quartier de Rosnabat favorise en priorité l’installation de jeunes ménage.
Le quartier de Rosnabat favorise en priorité l’installation de jeunes ménages.

Permettre le renouvellement de la population et répondre aux besoins d’accueil des populations spécifiques

Viser une croissance de population « raisonnable » : atteindre 11000 habitants à l’horizon 2024.

NB : le taux d’évolution annuel moyen retenu par le SCoT pour l’ensemble du territoire est de 0,9 à 1% par an pour la période 2006-2025.

Au SCoT, Fouesnant est définie comme « pôle urbain structurant, et lieu privilégié d’accueil de population », il paraît donc logique que la commune vise une hypothèse de croissance plus soutenue que la moyenne (+1,85%).

> Favoriser en priorité l’installation de jeunes ménages tout en répondant aux attentes des autres populations spécifiques.

> Proposer une offre attractive en matière de terrains constructibles.

> Rester une commune attractive en matière de vie locale.

AXE  2

DIVERSIFIER L’OFFRE EN LOGEMENTS

photopadd2
Le bâtiment près du magasin Biocoop permet d’augmenter le parc de logements locatifs publics.

Les résidences principales représentent 60% du parc de logements et la proportion de résidences secondaires reste toujours élevée (37%), mais elle tend à se stabiliser.

Les logements locatifs sont de plus en plus représentés : 18,5% du parc de logements total (INSEE 2010), soit 1267 logements en location, et la part des locataires augmente depuis 1990.

Si le parc de logements locatifs sociaux publics est encore peu représenté (environ 4,5% des résidences principales), il est en forte progression grâce à un effort de construction récent.

Répondre aux besoins spécifiques de chaque catégorie d’habitants, permettre une plus grande mixité sociale et intégrer les préoccupations environnementales

> Proposer une offre de logements adaptée aux besoins spécifiques de certaines populations : personnes âgées, à mobilité réduite, en grande difficulté, jeunes ménages, jeunes travailleurs…

> Augmenter le parc de logements locatifs publics.

> Rendre le logement plus économe en espace : densité plus forte dans les zones urbaines, et densité moins forte en campagne à l’échelle des hameaux.

> Favoriser les projets d’habitat durable et d’éco-construction.

 

AXE 3

AFFIRMER LA PLACE DU CENTRE-VILLE

Place de l'église
Place de l’Église

 

Le pôle urbain principal de Fouesnant est géographiquement excentré, et le centre ancien est très peu structuré. De petits collectifs se sont développés et redonnent de l’épaisseur au centre-ville, et le projet de rénovation et d’embellissement du centre-ville se poursuit.

L’extension du centre-ville se heurte à différents obstacles physiques : au sud-ouest, implantation du lycée de Bréhoulou, à l’ouest et au nord-ouest, limites communales de Pleuven et Bénodet, et à l’est, site naturel de Penfoulic.

Conforter une centralité, espace de vie dynamique et attractif pour les habitants

Donner une priorité au centre-ville en termes d’aménagement d’espace > Préserver le centre ancien et la qualité de l’architecture.

> Continuer à mettre en valeur les espaces publics.

> Proposer des espaces publics urbains conviviaux.

> Renouvellement urbain du parc de logements.

AXE 4

CONFORTER LES AGGLOMÉRATIONS DE BEG-MEIL, DU CAP-COZ ET DE MOUSTERLIN

Fouesnant a la particularité de comporter, en plus du centre-ville, 3 pôles d’agglomération secondaires importants, qui se sont développés sur le littoral, et qui permettent de diversifier l’offre en habitat.

> Beg-Meil et le Cap-Coz, à la vocation balnéaire affirmée.

> Mousterlin, qui s’est développé le long de la voie principale menant à la pointe.

Diversifier géographiquement l’offre en logements, et pérenniser les commerces et services périphériques

Il s’agit de développer de façon maîtrisée ces agglomérations périphériques littorales, tout en préservant leurs spécificités et identité propres.

 

AXE 5

RENFORCER LE TISSU ÉCONOMIQUE LOCAL

photopadd4

La commune dispose d’un bon niveau de commerces et de services, essentiellement concentrés au centre-ville. Fouesnant se distingue également par la qualité et la diversité de ses services médicaux. Le territoire communal compte de plus :

> une zone artisanale à Park ar C’hastel

> un vaste pôle déchets à Kerambris

> 3 espaces économiques : à Kervihan et Kerneveleck

(commerces, services, logements), et Maner Kerelleau

> une carrière de granulats à Neiz Vran.

Maintenir et développer les services de proximité

> Conforter les liaisons entre les rues, les espaces commerçants et les zones d’habitat.

> Éviter la disparition des façades commerciales situées en rez-de-chaussée.

> Conforter le pôle déchets de Kérambris, d’intérêt supracommunal

 

AXE 6

PROMOUVOIR LES ACTIVITÉS LIÉES AU TOURISME, PRINCIPAL MOTEUR ÉCONOMIQUE DE LA COMMUNE

photopadd5

Le tourisme constitue la principale activité économique de Fouesnant-les Glénan, qui est aujourd’hui la première commune du Finistère en matière de capacité d’hébergements touristiques. Ce fort attrait touristique s’appuie sur le littoral (environ 17 km), qui regroupe de nombreux usages, sur les espaces rétro-littoraux (bocage encore très présent sur la commune, sentiers…) et sur l’archipel des Glénan.

Optimiser les usages de la mer et des espaces littoraux

> Assurer la pérennité des infrastructures existantes (campings, villages vacances…).

> Pérenniser les hôtels.

> Protéger la population des risques naturels.

> Au niveau de l’archipel des Glénan, permettre un « tourisme durable ».

Poursuivre l’embellissement de la commune

Mise en valeur paysagère des espaces publics.

AXE 7

MAINTENIR LES ACTIVITÉS DU SECTEUR PRIMAIRE : AGRICULTURE, PÊCHE ET CONCHYLICULTURE

photopadd6

L’activité agricole a été fragilisée par les évolutions structurelles et la forte pression immobilière.

Le nombre d’exploitations a fortement chuté ces 20 dernières années, passant de 79 en 1988 à seulement 15 en 2010.

Fouesnant fait partie de l’AOC « Cidre de Cornouaille / Pommeau de Bretagne ».

Bien que disposant d’une large ouverture sur la mer et de 3 ports, les activités de pêche sont très limitées ; 9 concessionnaires conchylicoles sont encore présents dans l’anse de Penfoulic.

 

Préserver l’activité agricole, garante de l’entretien des paysages

> Maintenir les exploitations existantes.

> Évoluer vers une agriculture raisonnée et durable.

> Favoriser une agriculture périurbaine, sans nuisance pour l’habitat (cycle court ou vente directe).

> Favoriser l’implantation de nouveaux agriculteurs (en tenant compte des contraintes dues à la loi Littoral).

 

Préserver l’activité résiduelle de pêche côtière

Préserver les activités conchylicoles

 

AXE 8

AMÉLIORER LA QUALITÉ DES ESPACES NATURELS ET ASSURER LE BON FONCTIONNEMENT DES ÉCOSYSTÈMES

photopadd7

Fouesnant possède un environnement naturel exceptionnel : sites classés de l’archipel des Glénan et de la chapelle Sainte-Anne, arrêté de protection de biotope sur les Glénan, réserve naturelle de Saint-Nicolas des Glénan, Natura 2000 sur l’archipel des Glénan et les marais de Mousterlin, Zone naturelle d’intérêt écologique faunistique et floristique (ZNIEFF). La plupart sont propriété publique. Cependant, certains milieux naturels plus communs ne sont pas protégés : zones humides, bocage, petits bois, vergers dans la zone rurale… et certaines continuités écologiques sont menacées par l’urbanisation.

Protéger et gérer les zones humides, patrimoine naturel fragile

> Préserver la biodiversité de ces espaces, et améliorer la régulation hydraulique.

> Maintenir ces milieux ouverts, en évitant le développement des saulaies.

> Améliorer la qualité de l’eau, grâce au rôle de bio-épuration des boisements périphériques.

Mettre en place des corridors écologiques

Mettre en place dans le PLU la trame verte et bleue, en compatibilité avec les dispositions du SCoT de l’Odet.

Renforcer les zones de préemption instituées au titre des espaces naturels sensibles

Éviter le développement des friches, et gérer les milieux naturels situés à proximité du littoral.

Protéger le maillage bocager, caractéristique du pays fouesnantais, et les boisements

> Maintenir et « étoffer » les boisements, et lutter ainsi contre la banalisation des paysages.

> Préserver et renouveler les vergers de pommiers? (cf. AOC « Cidre de Cornouaille / Pommeau de Bretagne »).

Préserver l’archipel des Glénan

Mettre en place une gestion durable et écologique de ce site naturel classé.

 

AXE 9

METTRE EN VALEUR LE PATRIMOINE NATUREL ET BÂTI

photopadd8

La commune possède un grand nombre d’éléments de patrimoine naturel et bâti de qualité et diversifiés.

Bien que non protégés « officiellement », d’autres bâtiments sont d’un grand intérêt patrimonial pour la commune.

La commune possède également un « petit » patrimoine religieux ou vernaculaire non protégé : croix et calvaires, four à pain, fontaines, lavoirs, puits…

Protéger les éléments forts qui façonnent les paysages fouesnantais et maintenir le caractère architectural local

> Maintenir le patrimoine caractéristique de la commune, pour la mémoire collective et la transmission aux générations futures.

> Conserver en particulier les caractères du bâti traditionnel fouesnantais, en veillant à la bonne intégration des nouvelles constructions implantées dans le tissu ancien.

> Encourager la réhabilitation du petit patrimoine privé.

AXE 10

INTÉGRER UNE DÉMARCHE ENVIRONNEMENTALE DANS LE FUTUR DÉVELOPPEMENT DE FOUESNANT

L’accueil d’une nouvelle population s’inscrit dans un contexte général :

> Augmentation des déplacements domicile-travail ainsi que pour les activités (scolaires et extra scolaires) des enfants ; augmentation des coûts de déplacements (carburants) ; nécessité de diminuer les émissions de CO2 liées aux transports.

>Nécessaire limitation des consommations énergétiques (habitat, déplacements…) et de la production des déchets, que ce soit pour les nouveaux arrivants ou pour les résidants actuels.

Favoriser la prise en compte des principes de développement durable pour…

… l’habitat

> Maîtriser le développement de l’urbanisation en prenant en compte la préservation de la ressource en eau, le souci d’économie d’espace et de limitation des gaz à effet de serre.

> Développer une stratégie foncière.

> Développer les transports alternatifs.

> Préserver la population des risques et nuisances.

… les déchets

En s’engageant dans la réduction des déchets.

… les déplacements

En améliorant et en sécurisant les circulations.

… les paysages

En encadrant mieux les publicités et les enseignes.

 

AXE 11

ORIENTATIONS GÉNÉRALES EN MATIÈRE DE DÉVELOPPEMENT DES COMMUNICATIONS NUMÉRIQUES

La Communauté de Communes du Pays Fouesnantais est compétente en matière de Technologies de l’Information et de la Communication (TIC).

En vue de permettre aux différentes catégories d’usagers d’accéder à des services de communications électroniques performants, il convient d’assurer la cohérence des infrastructures de communications électroniques en fonction des options d’aménagement retenues.

Déployer la fibre optique sur l’ensemble du territoire communal (FTTH, Fibre to the Home)

Objectifs communautaires : desservir tous les centre-bourgs et ZA à l’horizon 2015/2020, et tous les hameaux et l’habitat isolé pour 2030.