Accueil > Actualités > Actualités > Je suis venu vous dire

Je suis venu vous dire

Article publié le 8 avril 2016.

Le regard du moi(s)Je suis venu vous dire que je m’en vais et que les larmes de Vincent Esnault n’y pourront rien changer. Le leader écologiste local aura beau se prosterner, me supplier de changer d’avis, rien n’y fera. Je suis donc venu vous dire que vous lisez la dernière de mes chroniques fouesnantaises et que, depuis quelque temps déjà, j’avais pris ma décision. J’imagine l’état de sidération qui sera celui de Vincent Esnault en apprenant la nouvelle si l’on en juge par l’intérêt qu’il semblait me porter au fil des conseils municipaux. Vous vous souvenez, peut-être, que lors de la séance du mois de mars, il s’était largement attardé sur mon rôle à la mairie, sur mon âge, sur ma situation de retraité. Vaste débat qui passionne la population fouesnantaise. Je vous le dis pour vous tenir au courant, vu qu’il y a belle lurette que les médias locaux ont renoncé à entrer dans de telles considérations. Lundi dernier, lors du conseil budgétaire, Vincent Esnault est remonté à l’assaut. Alors que la séance était d’importance pour les finances locales et que les débats s’étaient plutôt bien tenus, voilà que le Vert s’abandonne, comme il en a pris l’habitude, à ses foucades de fin de conseil et dégaine à tout va. La balle qui m’était destinée concernait, si j’ai bien compris, une lettre que l’écologiste avait fait parvenir à mon sujet au préfet (Vincent m’oblige à fréquenter du beau monde!) et dont il entendait obtenir la réponse, ce que le maire lui refusait, invoquant le règlement interne. Dès lors, les outrances occupèrent le devant de la scène : déni de démocratie, mauvaise foi, opposition muselée… Et moi, je me mis à bâiller. Vincent Esnault fait le vide autour de lui, c’est son problème. « A trop vouloir néantiser l’adversaire, on se retrouve un peu seul dans un donjon que n’investit plus personne » écrit quelque part François Nourrissier.

Ce ne sont pas, bien sûr, les rodomontades écologistes qui me font battre en retraite. En quelque trente ans de chroniques et de presse, on a le cuir tanné. Mais, le temps tourne pour tout le monde et je vous l’ai dit : je m’étais fixé un cap personnel qui a été franchi cette semaine. Voilà huit ans que le maire, Roger Le Goff, m’avait demandé de mettre les Fouesnantais et la vie fouesnantaise au cœur des publications communales et de gommer quelque peu l’austérité d’une communication institutionnelle. J’ai essayé d’apporter un regard décalé sur une collectivité que je crois assez bien connaître et cela, en toute liberté. Dois-je le répéter ? Jamais, Roger Le Goff ne m’a imposé quoi que ce soit et je lui sais gré d’avoir été fidèle à la parole donnée. J’assume donc évidemment tout ce que j’ai pu écrire au cours de mes quelque 420 chroniques, des centaines d’articles, portraits, rencontres, interviews qui m’ont permis de mettre Fouesnant et ses habitants sur un piédestal. Il faut que la population s’en persuade : on fait des envieux. On me l’a bien souvent murmuré au coin de l’oreille : la ville est soignée, l’environnement est superbe, les spectacles et animations, de haut niveau. La vie culturelle place Fouesnant au troisième rang finistérien et je ne dirai jamais assez la chance que l’on a d’avoir Frédéric Pinard à la tête de l’Archipel. Enfin, je n’oublierai pas évidemment les centaines et centaines d’abonnés qui m’ont été fidèles durant tant d’années, les lecteurs occasionnels qui me faisaient découvrir des Fouesnantais sur (presque) tous les continents, magie de l’internet! Par principe, je ne répondais jamais aux courriels mais sachez que vos innombrables témoignages de sympathie, sur l’écran, dans la rue, à la table d’un café, m’ont souvent flatté et fait chaud au cœur, comme j’ai trouvé légitime que l’on ne partageât pas toujours mon point de vue. Voilà, finalement, je crois que je suis venu vous dire que vous allez beaucoup me manquer.

JYLD

telechargement-orangeTélécharger la version pdf du regard du moi(s) Je suis venu vous dire 09/04/2016 N°19

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Email this to someone