Accueil > Actualités > Actualités > Droit de réponse

Droit de réponse

Article publié le 16 juin 2016.

droitdereponse-v-esnault

J.Y LE DREAU : l’homme lige du maire.

Suite à la diffusion de la chronique de J-Y Le Dréau datée du 5 mars 2016 « La tentation de Spinosi », Monsieur Vincent Esnault, représentant du groupe « Fouen en avant » entend faire valoir le droit de réponse suivant.

Ce n’est pas d’aujourd’hui que JY-Le Dréau utilise, par le biais de ses articles, les moyens de la municipalité pour stigmatiser les opposants à son employeur, le maire de Fouesnant.

On trouve ses publications sur le site officiel de la mairie (regard du mois- de JYLD) ainsi qu’en tirages papier à plusieurs centaines d’exemplaires diffusés, entre autres, à l’Archipel et jusqu’à l’office de tourisme ! Dans cet article du 04 mars 2016, le plumitif se plaint : «…être donné en pâture au public... » Subir des : «..attaques ad hominem.. ». C’est pourtant exactement ce qu’il pratique à longueur de chroniques depuis 8 ans.

Il va d’ailleurs cette fois, habilement, jusqu’à donner des consignes de votes futurs contre l’élu que je suis et suggérer, en filigrane, de m’importuner par téléphone. Lui qui n’a aucun mandat, ne réside pas dans notre commune et ne paie donc pas ses impôts à Fouesnant, se permet d’écrire que le maire devrait ignorer mes questions au conseil municipal! Son argument majeur : « ..et moi, je rentre toujours avec une heure de retard à la maison.. » ainsi que : « ..pour que je ne dîne plus seul le soir des conseils municipaux.. ». Il est pourtant, vraisemblablement, le seul dans le public à être rémunéré pour assister aux conseils. Bel exemple de considération pour l’assemblée démocratique, à l’aune de son confort personnel.

Ce qui lui a particulièrement déplu vient du fait que mon groupe ‘Fouen en avant’ ait voulu connaître son statut. Retraité de l’enseignement, il a signé un contrat de collaborateur de cabinet en juin 2008 ; (malgré une prise de poste en mars 2008 !).

Ce statut ne pouvant légalement être prolongé au-delà de l’âge de 67 ans dans la fonction publique, le maire l’a reconduit, en lui créant un contrat de vacataire pour 2015 (décision surprenante, la limite d’âge étant la même !). Après mes questions posées sur son statut le 10 février 2016, un contrat de prolongation similaire lui est accordé et signé le 15 février malgré son âge de 69 ans. (Précision : contrat de vacataire d’une rémunération de 1050 € net pour 22 heures/semaine, pour écrire un regard, un portait et une participation au magazine municipal trimestriel). J’ai donc saisi le préfet afin qu’il rappelle au maire les conditions d’emploi dans la fonction publique.

Contrairement à ce qu’indique Monsieur Le Dréau, ce qui est en cause n’est pas son âge mais uniquement le fait que son activité est exercée, sur des fonds publics, en violation des règles de la fonction publique. S’il est certain que des personnes d’un âge « honorable » tiennent aujourd’hui encore, cela est heureux, un rôle éminent au sein de la société civile, ces dernières sont des acteurs de la sphère publique ou privée, dont l’activité n’est assujettie à aucune limite d’âge, et qui ne doivent leur réussite qu’à elles-mêmes, sans se rémunérer sur des fonds publics en violation des règles de la fonction publique territoriale. Suite à l’intervention du Préfet, chargé de veiller au respect de la légalité, il a été mis fin au contrat de Monsieur Le Dréau. Ceci permettra d’économiser plus de 16000 euros par an sur les finances locales. Dans le même temps, la mairie, pour baisser sa masse salariale, se séparait d’une jeune employée en CDD au service communication ainsi que du chargé de mission Natura 2000. Il y a d’évidence des emplois bien plus indispensables que d’autres aux yeux du maire. Comme le groupe que je représente, je trouve choquant en tant que contribuable fouesnantais que nos impôts servent, par des publications sur le site officiel de la mairie, à malmener l’opposition. Ceci d’autant plus que la municipalité ne nous accorde aucun moyen équivalent pour faire valoir notre opinion.

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Email this to someone