Accueil > Actualités > Portraits > Christophe Baulard : le patron des gendarmes

Christophe Baulard : le patron des gendarmes

Article publié le 1 août 2014.

christopheBaulard

Je suis né en 1964 à Vouzon, un petit village du Loir-et-Cher. Mon père était gendarme. Comme un autre de mes frères, j’ai choisi le même métier. A 18 ans, j’ai devancé l’appel et je suis devenu gendarme auxiliaire dans le cadre du service national. Après un retour à la vie civile, durant quatre ans, comme policier municipal, je suis entré en 1987 à l’école de gendarmerie de Chaumont. J’ai été affecté dans ma région d’origine (Loiret) où je suis resté jusqu’en 2011 dans la gendarmerie départementale. Après avoir monté en grade pendant 10 ans, j’ai passé le concours d’officier de gendarmerie et j’ai obtenu le grade de lieutenant. Entre-temps, j’ai réalisé une mission en Côte d’Ivoire comme prévôt (justice aux armées) dans l’opération « Licorne ». J’ai été décoré de la Médaille Outre-Mer (République de la Côte d’Ivoire). En outre, j’ai reçu la médaille de la défense nationale Or (gendarmerie nationale), le titre de la Reconnaissance de la nation (opération externe), des lettres de félicitation du directeur de la gendarmerie nationale et du Chef d’état major des Armées ainsi que deux citations à l’ordre du régiment et dix lettres de félicitation du gouvernement. Après un premier mariage qui m’a donné deux enfants, Bastien (29 ans) et Marion (25 ans), je me suis remarié avec Isabelle. Nous avons eu une petite Jeanne qui a 5 ans. C’est l’origine d’Isabelle qui est bretonne qui m’a fait choisir Fouesnant lorsque je suis devenu lieutenant en 2011. J’ai été sensible au cadre de vie, au bord de la mer. J’y ai trouvé une brigade de 20 gendarmes qui a en charge les sept communes du Pays Fouesnantais. Tout de suite, je me suis attaché à aller au contact des gens, à découvrir la culture bretonne, à participer à toutes les manifestations auxquelles on m’invite. Bien connaître la population facilite le travail de la gendarmerie. Des relations de confiance et d’amitié se sont créées mais j’ai veillé à garantir mon indépendance professionnelle. En trois ans, je me suis attaché à privilégier la prévention contre les cambriolages, les accidents, les addictions en organisant des réunions publiques, en me rendant dans les écoles, en organisant avec mes collègues des contrôles routiers quotidiens. Cela a permis de provoquer une baisse de la délinquance. Celle-ci n’est pas importante dans le Pays Fouesnantais et les agressions contre les personnes y sont rares. Cependant, en été, du fait de l’arrivée d’une nouvelle population, on enregistre une augmentation des délits. C’est pourquoi nous avons deux postes provisoires à Bénodet (11 gendarmes) et à La forêt-Fouesnant (4 gendarmes). Nous recevons également 3 gendarmes supplémentaires à Fouesnant. Nous avons pu ainsi faire diminuer les dégradations, surtout en bord de mer. Le 13 août, j’aurai 50 ans. Ma carrière dans la gendarmerie s’arrêtera à 59 ans. Le 1er août 2015, je serai nommé capitaine. J’espère que ma nouvelle affectation me permettra de rester en Bretagne.

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Email this to someone